poeme de baye niass

Poème de Chiekh Ibrahima Niass inspiré à Kossi


Je me suis souvenu des nuits de rencontre du quartier à la Station Sublime, mais ce souvenir me trouble la vie.

Entouré par des jeunes dont le dévouement vers Allah ne souffre point de doute, nous nous sommes adonnés au zikr à tel enseigne que nous ne sommes ni vivants ni mort



Les disciples de Cheikh Ahmed Tijâni s'arrachent les verres de l’invocation de Dieu ainsi que celle de Son prophète au plus haut rang de la vie.

Tantôt nous plongeons dans la Présence Divine tantôt nous campons dans la «hadra» du prophète et parfois nous restons dans notre station. Que c’est beau cet état dans lequel nous nous trouvons !

Parfois nous sommes épris par la Beauté de Dieu tantôt par celle de son secret, lequel secret nous parcourons étape après étape.

L’unique objectif que nous nous fixons est d’être submergés par la beauté de Tâha qui est le seul envoyé de l’Essence Divine, nous ne cherchons ni l’amour de Sou’da (les vanités mondaines) encore moins Rayya (les délices paradisiaques).

Et pourquoi ne pas se fixer cet objectif, alors que notre oeil véridique l’a vu auprès de celui à qui l’on dévoue un amour éternel.

Et je vois que la manifestation de sa beauté à travers ma personne est telle qu’il devient difficile de faire la distinction entre nos deux personnes. En vérité, tu ne lui trouveras jamais un second ressemblant.

Que la prière d’Allah, Symbole de la Vérité soit sur lui tant que l’amoureux avoue son impuissance face à ses souvenirs qui lui troublent la vie.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site