Histoire de BAYE NIASS

 

Baye Niass (Taïba Niassène, 1900 - Londres, 1975), de son vrai nom Ibrahima Niass (forme longue) Cheikh Al Islam Mawlana Ibrahima Niasse, est un soufi, gnostique et mystique musulman, sénégalais. Il est le 9e fils d'Abdoulaye Niass. Par la suite, son mouvement deviendra le plus vaste mouvement religieux en Afrique, comptant plus d'une centaine de millions de disciples selon Christopher Gray (The rise of the Niassene tijania).
La ville de Kaolack est devenue, grâce à son père Abdoulaye Niass (aussi un vicaire de Cheikhou Tidiane) un carrefour pour les tidjanes venant de toute l'Afrique, mais aussi d'Amérique spécialement au mawlid an-nabi pendant laquelle est commémorée la naissance du prophète de l'islam, et où la ville reçoit des millions de pèlerins venus de toutes les contrées, et de toutes les origines.
 
 
La mosquée de Médina Baye à Kaolack

Sa vie
Baye Niass fit sa formation religieuse entre Taïba Niassène et Kossy Mbiteyene, localités situées dans le département de Nioro du Rip. C'est à l'âge de 21 ans que Baye écrivit son premier livre intitulé "Rouhoul Adab".
Aux lendemains qui suivirent la disparition de son père, il resta sous l'autorité du calife de la famille, Mouhamed Niass dit Baye Khalifa. Celui-ci fut son protecteur, son ami et lui laissa administrer ou du moins dispenser l'enseignement coranique. C'est lui qui assurait les chants religieux.
Il fit son premier pèlerinage à la Mecque en 1937. Il fonda Médina Baye à l'image de Médinatoul Rassoul de la Mecque mais aussi Sham ainsi que de nombreux villages dans le Saloum.
Baye Niass fut très vite connu dans tout le Sénégal et dans sa sous-région, non seulement par la diversité du savoir qu'il dispensait mais aussi et surtout son implication dans tout ce qui concernait les africains. C'est un pan-africaniste confirmé, et s'est rendu dans beaucoup de grandes villes d'Afrique pour y prêcher le tidianisme.
Baye Niass s'est aussi rendu hors du continent, notamment en France, en Angleterre, en Belgique, en Indonésie, en Chine, au Pakistan, pour y prêcher. Il fut notamment le premier noir Africain à diriger la prière dans la prestigieuse mosquée d'al Azhar en Égypte, où il noua une profonde amitié avec le président égyptien Gamal Abdel Nasser, et fut honoré par le titre Cheikh Al Islam.
Baye fonda l'école franco-arabe El Hadj Abdoulaye Niass et donna les terres où sont construits l'école élémentaire portant son nom ainsi que le poste de santé de Médina Baye. Chaque année, il s'adonnait à l'agriculture pendant l'hivernage et conseillait vivement le travail et la quête du savoir.
Il mourut à Londres le 26 juillet 1975 à l'âge 75 ans et fut enterré dans l'enceinte de la mosquée de Médina Baye (Kaolack) qu'il a lui même fait ériger. Il a laissé un héritage tant dans le domaine social que spirituel.
Baye Niass compte de nombreux disciples dans le monde entier de toutes les nationalités.
Baye Niass composa un poème religieux de 2 972 vers en l'honneur de Mahomet, intitulé Tayssir El Wussu Ila Hadratu Russul.


Généalogie
Dans l'introduction de son éloge panégyrique sur Mahomet, imprimé pour la première fois à Ibadan au Nigeria, Baye Niass décrit sa lignée :
1.    fils de Abdallah
2.    fils de Seyyidi Muhammad
3.    fils de Mademba
4.    fils de Bakary
5.    fils de Muhammad Al Amin
6.    fils de Samba
7.    fils de Rida
8.    fils de Chamsou Dine Missina
9.    fils de Ahmad
10.  fils de Abiboullah
11.  fils de Baba
12.  fils de Ibrahima
13.  fils de As-Siddiq
14.  fils de Ibn Naafiah
15.  fils de Qays
16.  fils de 'Aqil
17.  fils de Amr.
Leur origine sénégalaise provient du mariage entre Rida (migrant arabe)et une femme du Djolof Djéla Niass, de laquelle ils ont tous hérité ce nom de famille sénégalais.


Son œuvre littéraire
Il a écrit un total de 75 œuvres qui dans la plupart sont traduites dans plusieurs langues, notamment :

  • Rouhoul Adab, écrit à l'âge de 21 ans
  • Noujoumoul Houda, panégyrique sur Mahomet.
  • Tanbihoul Azkiyya, panégyrique sur Ahmed Tijane.
  • Rafhoul Malam, invitation à prier avec les mains sur la poitrine.
  • Kaashifoul Ilbass, précisions sur les paroles soufies antérieures.
  • Dawawina Sitta, recueil de six diwans sur l'éloge à Mahomet, de Ahmed Tijan, de ses muqaddams, conseils et énigmes soufis destinés aux disciples.


Djamihoul Djawamihou , recueil de poèmes pareils au précédent sur l'éloge à Mahomet, de Ahmed Tijane, conseils et énigmes soufis destinés aux disciples.

  • Rihlatoul Konakri, poème sur son voyage à travers la sous-région : Guinée, Sierra Leone, Liberia, Ghana, Nigeria pour propager l'islam tidjane.
  •  Djawahirou assa'il, missives, réponses à des correspondances, explications de certains versets, hadiths et paroles soufies, litanies.
  • Sirou Akbar (« le plus grand secret ») un des livres les plus ésotériques de Baye Niass.
  • Seyroul Qalb, dernier poème écrit par Baye Niass.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×